Notre rapport au monde

Editeur : CHIHAB
Parution : 2017

Ce nouveau monde, de la dite « mondialisation », quel est-il ? Il est, à bien regarder, le même vieux monde, ce vieux monde perpétuellement soumis à la même vieille logique de la domination, mais revêtu, depuis la décennie qui a précédé la chute du mur de Berlin, des atours aveuglants de l’idéologie, pourtant invraisemblable, de la fin de l’histoire, de la défaite des idéologies, du choc des civilisations, du triomphe universel, inéluctable et irréversible, du marché et de la démocratie, pêle-mêle. La mondialisation, présentée par ses promoteurs comme une ère de grande liberté et de puissante croissance des moyens économiques et matériels de l’accès de l’humanité aux bienfaits de cette nouvelle ère de liberté, s’avère bien différente en réalité. Car la dernière trentaine d’années a vu une accélération démente de la dilapidation des ressources naturelles de la planète, l’aggravation des inégalités entre les pays, ainsi qu’à l’intérieur des pays, l’augmentation de la violence, du terrorisme et de la criminalité sur tous les continents, la prolifération des conflits armés et des « guerres civiles » de haute ou de basse intensité, le démantèlement de pays comme la Yougoslavie, l’Irak, le Soudan et la Libye, ainsi que la décomposition plus ou mois spectaculaire de nombreux autres pays comme l’Afghanistan, le Congo, le Mali, l’Ukraine, le Yémen ou la Syrie. La mondialisation, c’est aussi les déplacements de millions, et bientôt de dizaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants brutalement déracinés, arrachés de leur terre, de leurs familles, de leurs communautés, de leur humanité. La faim, la soif, la guerre, la maladie, le chômage, la corruption, la peur, le désespoir, sont les principaux instruments d’exercice de l’ordre mondial actuel, associés à la production ininterrompue du langage et des normes de l’aliénation profonde, de la confusion paralysante de populations entières domestiquées par l’ingestion forcée des drogues idéologiques des fausses alternatives, des fausses évidences, par la fabrication massive de l’ignorance, par la menace et l’usage de la terreur, par la généralisation du consumérisme et la production et la consommation frénétiques des miettes toxiques et sucrées de l’inépuisable fatras du marché global de l’illusion.

© CHIHAB / réalisation kdconcept / hébérgement kdhosting